CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • Campus Condorcet
  • 2, cours des Humanités
  • 93322 Aubervilliers Cedex
  • France
  • Tel : 01 88 12 11 03
  • himalaya[at]cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet
  •  



Accueil > Membres > Associés et Invités

VALADAUD Romain

Docteur en géographie humaine

Contact  : romain.valadaud@unifr.ch ; tél. +3363040786

En novembre 2021, à l’Université de Fribourg en Suisse, Romain Valadaud a soutenu avec succès sa thèse de doctorat (en cotutelle avec l’Université Paris Nanterre) en géographie humaine devant un jury composé du Prof Olivier Graefe (directeur de thèse, Fribourg Uni), Dr Olivia Aubriot (directeur de thèse, CEH), Prof Peter Mollinga, Dr Stéphanie Tawa Lama Rewal, Dr Joelle Smadja et Dr Christine Bichsel.

Sa thèse de doctorat vise à contribuer à la littérature sur les relations de pouvoir dans le contexte de la gestion participative de l’irrigation. S’appuyant sur les conceptions hydrosociales de l’irrigation, ce travail développe une vision foucaldienne de l’appareil d’irrigation afin d’améliorer notre compréhension de la dimension relationnelle du pouvoir dans la réalité sociale, technique et naturelle entrelacée de l’irrigation. En cherchant à comprendre les effets de cet appareil sur un espace social préexistant, à savoir la ruralité de la plaine du Tarai népalais, cette thèse explore la rencontre entre les associations d’irrigants - avec leur propre logique de pouvoir - et une relation de pouvoir inhérente à l’espace social en question, à savoir le patronage. Afin d’expliquer pleinement les effets de cette rencontre, ce travail développe, à partir d’une approche réaliste critique, des outils conceptuels permettant de mettre en évidence de multiples processus de réflexivité, de critique et de rupture, générant des reconfigurations sociales différentes mais simultanées. En utilisant ces outils pour analyser les données de terrain, cette thèse montre comment le dispositif d’irrigation participative est essentiellement politique dans le sens où il favorise la reproduction des relations de pouvoir préexistantes, tout en offrant la possibilité de les modifier. Ce travail conclut donc que la dimension politique de l’irrigation et des associations d’usagers de l’eau doit être prise en compte afin de permettre aux futures versions du dispositif de reconfigurer les relations de pouvoir à l’avantage des communautés dominées.
 
 
Mots-clé

- irrigation
- rationalité politique
- association d’irrigateurs
- pouvoir
- hydrosocialité
- socio-technique
 
 
Publication

2015, "Construction de la plaine rizicole du Népal : sous le prisme de la gestion de l’eau et des processus de territorialisation dans le Sunsari" - en collaboration avec Candau Marie-Amélie et Olivia Aubriot. Espace Géographique 2015-2 (45) : pp. 160-173. Résumé
 
 
Communication

2017, “A Combined Analytical Narrative to Study the Politicization of Irrigation Management in the Tarai : Critical Realism, Hydrosocial Theory and Sociotechnical Approach”, Annual Conference on Nepal and the Himalayas, "Diminishing Returns of Resources in Nepal" panel, Kathmandu, 28 July.

Voir en ligne : Thèse au Népal : entre solitude et jubilation